Apparues dans les années 1929 en France, les bandes dessinées sont devenues un concept classé au cœur de la littérature. Elles font principalement un mix entre les images et les histoires afin d’agrémenter la lecture. Depuis sa création et jusqu’à ce jour, les avis concernant son utilité et son utilisation restent mitigés. Quels sont alors les avantages et les inconvénients de ces œuvres littéraires sur le plan culturel ? Focus !

Avantages de la BD

Encore appelée 9ᵉ art, la BD n’est pas restée anodine dans la littérature depuis son apparition. Elle a apporté plusieurs bénéfices considérables surtout pour la jeunesse.

Une facilité dans la lecture

Dans les BD, vous avez une histoire comme dans les romans qui suit une certaine chronologie. Le petit plus se trouve dans les images qui accompagnent cette dernière. Avec un visuel coloré, ergonomique et attractif, les enfants ont tendance à plus aimer la lecture. Ceci est dû au fait que les images décrivent l’action exécutée, ce qui les amène à mieux comprendre. Une BD est beaucoup plus sympathique aussi grâce à son registre de langue courant. Elle permet de capter l’attention du public surtout si celui-ci est mineur. C’est une œuvre qui atténue la paresse des enfants à lire une information. Pour finir, il permet aux lecteurs de s’identifier au scénario qui est décrit.

Un impact durable

Une étude a permis de démontrer que les consommateurs ne gardent en mémoire que 5 % des messages auxquels ils ont été exposés. Avec les bandes dessinées, ce taux de rétention augmente jusqu’à plus de 35 %. Les messages profonds ou compliqués sont expliqués de manière ludique avec un ton humoristique. Le consommateur a plus de facilité à intégrer les différents personnages dans ses repères. En outre, la BD constitue un moyen de communication de plus en plus utilisé par les entreprises pour promouvoir leur produit. En résumé, ce concept crée une relation durable et à long terme entre le consommateur et la société commerçante.

Une œuvre littéraire de détente virale

Au fur et à mesure de son ascension, la BD a commencé à se décliner en plusieurs types de formats. Vous avez :

  • les cartoons,
  • les strips,
  • les planches,
  • les livres.

Les deux premiers s’adaptent parfaitement aux outils digitaux comme les réseaux sociaux et les smartphones. Vous pouvez donc les lire, peu importe l’endroit où vous vous trouvez. Vous pouvez retrouver aussi les comics sur certains sites internet dédiés. En raison des versions numérisées, elle est devenue virale et donc à portée de tous, peu importe l’utilisation que vous souhaitez en faire.

La BD vous permet aussi de vous évader dans un monde imaginaire à travers les différentes images. S’il s’agit d’une bande dessinée humoristique, le lecteur peut constater une diminution de son niveau de stress et de fatigue. Certains de ses œuvres peuvent stimuler le sommeil. Tout dépend de l’instant de la journée où vous en faites la lecture.

Quid des inconvénients ?

Malgré les différents avantages du 9ᵉ art, les esprits conservateurs ont toujours du mal à l’intégrer entièrement dans la littérature.

Une difficulté à travailler l’imagination

En effet, les romans classiques sans images ont pour but de stimuler l’imagination du lecteur. Le lecteur a la possibilité de concevoir une scène propre à lui dans son esprit. Avec les dessins, cette possibilité s’envole entièrement. Celui qui lit se voit imposer une ligne directrice, ce qui enlève une certaine liberté à ce dernier. C’est l’un des arguments les plus employés par les opposants au concept de BD. C’est-à-dire une déformation de la vision littéraire existante. Ceux-ci accusent la bande dessinée d’être à la base de l’a priori et des idées préconçues sur les œuvres concernées.

Une dégradation culturelle

L’un des plus grands producteurs de mangas demeure l’Asie en l’occurrence le Japon. Ceux-ci sont en effet spécialisés dans la production de mangas. Ces derniers mettent en avant des antagonistes dont le style reflète souvent celui du 19ᵉ siècle. Les mangas ont connu une explosion en matière de vente partout dans le monde. Avec ce fait, la jeune génération a tendance à délaisser la littérature traditionnelle de leur pays pour ceux des contrées nipponnes. Les mangas influencent les goûts et le style vestimentaire de nombreux fans, ce qui a donné naissance au cosplay. Il s’agit d’un concept consistant à s’habiller comme les personnages mis en avant dans les bandes dessinées japonaises.

Une source de désapprentissage

Une consommation abusive de bande dessinée auprès des plus jeunes entraîne progressivement un désapprentissage. Ceux-ci passent plus de temps à les lire qu’à apprendre leurs cours ou à faire leurs devoirs. Une mauvaise concentration en salle de classe et une baisse des notes peuvent s’ensuivre.

Que retenir ?

Nombreux sont les congrès qui ont été donnés pour discuter du mal ou du bien culturel de la BD. Elle fut par ailleurs le sujet de l’université d’été qui s’est déroulé en 2006 à Angoulême. Avec l’intervention des intervenants, il en ressort que la BD est une version moderne des romans et classiques. Elle favorise la découverte d’autres cultures et permet aux jeunes d’enrichir leur bagage littéraire.